armenie carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valide au moins 3 mois après la date de fin de séjour prévue et pour un séjour touristique de plus de 90 jours, un visa est nécessaire.

 

CLIMAT
Elle est soumise aux rigueurs d’un climat continental, avec des écarts de température importants entre l’été et l’hiver.
En plein été, le soleil brille sans discontinuer (orages mis à part), et les températures sont assez élevées.
En hiver, il fait - 3 °C en moyenne à Erevan en janvier, et à Gyumri, au nord-ouest du pays, la nuit, en plein hiver, il fait aussi froid qu’à Moscou.

Les pluies, relativement peu abondantes, tombent majoritairement au printemps (en mai).
À noter, la belle vallée de l’Arpa, au sud, présente un climat spécifique, très aride, évocateur de celui de l’Iran, avec des montagnes dénudées et des berges cultivées.

 

DECALAGE HORAIRE
En été plus de 2h et en hiver plus de 3h.

 

DEVISE
Le dram arménien (AMD).

Vous ne trouverez pas de drams en France. Le plus simple consiste à emporter suffisamment d’euros ou de dollars en liquide, ou de retirer de l’argent dans les distributeurs sur place. Le change se pratique partout et sans risque : dans les banques et les guichets de change bien sûr, mais aussi dans nombre de bijouteries, supermarchés et centres commerciaux (shuka).

Mieux vaut donc changer à Erevan avant de visiter le reste du pays.

Les cartes bancaires sont peu acceptées, même par les meilleurs hôtels et restaurants.

 

LANGUE
ARMÉNIEN et la majorité parle RUSSE mais peu anglais et français.

 

RELIGION
Majorité orthodoxes et apostoliques.

 

SANTE
Il est recommandé d’être à jour pour les vaccinations universelles tels que DTCP, hépatites A et B et, éventuellement, rage en cas de séjour rural ou prolongé.
Le problème se pose essentiellement au niveau des hôpitaux, confrontés à des infrastructures vieillissantes et un cruel manque de moyens. À Erevan, vous trouverez des cliniques privées et des médecins compétents indiqués par l’ambassade, parlant généralement une langue étrangère.

En principe, les citoyens des pays membres de l’Union européenne bénéficient de la gratuité des traitements médicaux.

Il ne faut pas boire l’eau du robinet.

Lavez-vous régulièrement les mains, lavez les fruits et légumes achetés au marché, ne mangez que des fruits et légumes pelés.

 

TRANSPORT
Erevan dispose d'un réseau de bus, de minibus et marshrutni, une sorte de mini-van ou minibus local.
Les bus sont aussi inconfortables et susceptibles de tomber en panne qu’ils sont bon marché. En revanche, ils desservent des coins oubliés par les marshrutni.
La plupart des départs ont lieu le matin entre 7h et 10h.

La capitale dispose aussi d'un métro comptant une seule ligne.

Intermédiaires entre les marshrutni et la voiture, les taxis permettent de se rendre d’un bout à l’autre du pays et jusqu’en Géorgie à des tarifs acceptables. On paye le prix demandé (qu’on peut faire réduire de 10 à 20 %) en fonction de la destination choisie, et on partage entre le nombre de passagers (jusqu’à 4), soit au kilomètre si l’on veut faire un circuit.

Il est conseillé de faire appel aux services d'un chauffeur-guide local. Sinon, il est toujours possible de louer et conduire un véhicule sans chauffeur. Un 4x4 est évidemment préférable, vu l’état des petites routes et des pistes menant aux monastères les plus isolés.

Attention, il n'est pas si facile que ça de conduire en Arménie : faiblesse de la signalisation, par ailleurs rarement indiquée dans l'alphabet latin.
Si l'état des axes principaux est correct, celui des axes secondaires est médiocre. Les nids-de-poule trouent bien des routes secondaires (pour ne pas dire toutes), du bétail se balade souvent en liberté sur le bas-côté.

De la gare d’Arabkir, au-dessus de la Kaskad (Cascade), on peut rejoindre Charentsavan et Hrazdan, ou Sevan et Shorja. Une liaison par jour sur chaque ligne. Le train permet aussi de rejoindre Tbilissi en Géorgie. Compter environ 12 à 15h de trajet et une couchette est possible.

 

VIE PRATIQUE
Les prises sont les mêmes donc pas besoin d’adaptateur.

La plupart des boutiques, épiceries et stands sont ouverts du matin (vers 9h) jusqu’à la tombée de la nuit, voire plus tard pour certains (surtout en été). C’est également le cas pour les restaurants.
Le dimanche, en revanche, tout est mort.

  

TELEPHONE
De la France vers l’Arménie : 00 + 374 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De l’Arménie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.
Communiquez par SMS, c’est moins cher et plus pratique que tout le reste. On peut aussi acheter une carte SIM locale.

 

CUISINE
La cuisine arménienne a des influences turques et persanes, russes, libanaises et grecques.

Les hors-d’œuvre, comme dans tout le Moyen-Orient, sont très copieux. Vous commandez plusieurs plats, petits et grands, on empile le tout sur la table et on partage.
Les grands classiques sont les dolmas, des feuilles de chou ou de vigne farcies - les premières plutôt aux lentilles et aux haricots, les secondes au riz et à la viande.
En été, les salades sont de tous les repas : la « grecque » classique avec tomates, oignons, concombres et peut-être fromage, ou d’autres plus inhabituelles mêlant olives, fromage et pommes ; boulgour, oignons et tomate ; lentilles, matsun (yaourt) et carottes à l’ail.

Il y a pas mal de céréales et légumes secs tel que un kufta de lentilles rouges écrasées avec boulgour et épices (en plus, ça cale !) ou des haricots rouges aux noix. Le taboulé local, plus rouge que vert, se nomme eetch.
Il y a aussi les aubergines frites, farcies aux noix et au fromage de chèvre. Beaucoup de soupes en hiver et même parfois à la belle saison : le populaire kharberd, mêlant blé, viande de mouton émincée, sauce tomate et/ou matsun (yaourt), par exemple, ou le marash, fait de pâte de blé séchée préparée dans une sauce au poivron et à la menthe fraîche.

En plat de résistance, le khoravats (barbecue) est incontournable.

On trouve beaucoup de porc et d’agneau, du bœuf aussi. L’agneau est également préparé émincé avec persil, noix, oignons et épices (kharberd kufta), dans un bouillon avec tomates et pommes de terre (khashlama), ou en simili raviolis (manti).
Essayez le kechkegs, très commun, servi avec du blé, ou le sabzi kufta, des boulettes à la farine de pois chiche.
Le poulet chakhokhbili est cuisiné avec tomates et oignons, le shish tavuk est mariné puis grillé au barbecue, le harrissa servi en ragoût avec céréales et beurre fondu.

Il y a peu de poissons. On trouve surtout de la truite, grillée, au citron, à la grenade ou aux champignons.

Au dessert, les pâtisseries orientales nimbées de miel occupent une place de choix, comme les baklavas et le khadayef (cheveux d’ange).

L’Arménie est un pays viticole, mais ses vins sont plutôt sucrés.

Le vrai café armienski est bon, fort, doux et un peu sucré à la fois. Il est servi à la turque.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !